« Cap ou pas cap de discuter avec moi? »

Un soir, je lisais cet article sur Madmoizelle, une fille qui racontait comment une inconnue croisée par hasard dans le métro avait réussi à lui redonner de l’espoir quant au futur.

Cet article il m’a fait penser à ça, à toi.

Toi, cette discussion et ce moment là.

Tout ces mots traînent au fond de mon ordi depuis un certains temps. Te les faire lire n’est pas une option, j’écris bien souvent le soir, n’assumant que peu le fond de tout ça le lendemain matin. Bien qu’avec le temps, je me dis que finalement ça fait de mal à personne de penser tout ça, toutes ces petites choses bien que les comprendres soit une autre histoire. Alors j’ai décidé d’en publier une version soft par ici, histoire de laisser s’envoler un peu de tout ça.

Nous voila en 2016.  Tu sais un an et demi a passé et pourtant, pourtant j’ai jamais oublié ces petits messages innocents que m’avait envoyés au hasard, un été, une personne derrière son écran. T’avais sans doute pas pris conscience de la portée que prendraient ces mots, pourtant banals, quelques temps plus tard.  Et pourtant, ce sont eux qui un soir m’avaient fait rire. Rire ça peut paraître banal pour beaucoup, c’était pourtant un truc dont j’étais complètement incapable à l’époque où j’avais été littéralement réduite en miettes, broyée, piétinée par un être rêvant de me voir réduite à néant. J’ai jamais voulu lui donner cette satisfaction, parce que j’ai toujours voulu être plus forte que ça, pour autant le fait de redonner du sens à ma vie, foutrement merdique il fut un temps n’était pas aussi simple. Et toi t’arrivais de nul part, et hop, tu foutais un peu d’soleil au milieu des nuages. T’étais qui au juste? Tu sais un sourire c’est rien mais pour ma part ça a joué pour beaucoup. Parce que ça m’a ouvert des perspectives quant au fait de pouvoir rebondir, de savoir qu’une page pouvait se tourner, alors que je ne m’en pensais absolument pas capable, pas aussi rapidement du moins.

IMG_7386

 

J’sais pas vraiment si j’te déteste d’avoir disparu de la sorte ou si au contraire il était préférable d’arrêter cet échange de mots avant qu’il ne s’ancre dans le temps. J’sais pas qui t’es, je sais pas réellement à quoi tu ressembles, je ne le saurai probablement jamais. Sensation d’inachevée peut-être ouais. Rien de plus déstabilisant que de savoir qu’une personne donc vous ignorez tout a réussi, un jour, à influer sur votre vie de la manière la plus innocente qui soit, sans le vouloir.

« Tu rencontres des centaines de personne et aucune d’elle ne réussit à te toucher. Tu en rencontres une seule et ta vie change pour toujours. « 

 

Tu ne l’as jamais su, tu ne le sauras probablement jamais mais putain de merde que je te remercie d’avoir existé. A ce moment. Parce que p’t’être bien que si ça avait pas été le cas, sans toi, et sans elle, et elle  je serai sans doute pas là aujourd’hui. Sans doute que la corde aurait cédé au lieu de résister, joli gâchis d’évité. Des petits rien qui font tout.  Étrangement j’ai beaucoup de mal à dire ces mots, surement dû au fait que j’aime absolument pas déballer ce qui peut se cacher au fond de moi, la nana au coeur de pierre, ils sont pourtant véridiques.

J’mettrai sans doute très longtemps avant de laisser entrevoir un bout de cet article sur ce blog. Surement parce qu’il dévoile une partie de moi que j’ai pas l’habitude de laisser apparente. Celle d’une fille qui n’est pas inébranlable contrairement à ce que je peux laisser paraître les trois quarts du temps. Et puis aussi parce qu’il parle d’un sujet qui me touche incontestablement. Cette époque entre noir et blanc.

Peu de gens arrivent à me toucher, t’as pourtant réussi.

Comme quoi des inconnus peuvent parfois vous faire beaucoup de bien.

Sans qu’on ne s’y attende le moins du monde.

Et dans la mesure où tu tomberas jamais sur cette chose, je peux dire que ça m’fait profondément chier de pas avoir connu cette personne aujourd’hui. Au moins d’avoir mis un visage sur un simple pseudo qui noyé au milieu de l’internet a un jour, mis du soleil dans ma vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *