L’orientation, ce grand mot barbare.

Samedi soir. Voilà deux jours que j’ai élu domicile au fin fond de mon lit dans un état plus que secondaire, armée de mon pull XXL déniché en frip (so sex) , avec comme meilleurs coupains : les médocs et du lait au miel (on adore!) . On fait plus glam comme weekend, j’te l’accorde. Je te passerai donc ma « tête de zombie » pour cet article. J’sais d’ailleurs pas bien moi même de quoi il parlera en l’écrivant. Quoique si, j’ai ma petite idée sauf que présentement j’sais pas bien comment la tourner. Alors je crois qu’on va juste laisser mes petits doigts tapoter sur ce clavier et on verra bien ce que donnera le fil de tout ça. Après tout on écrit bien souvent pour mettre un peu d’ordre dans notre esprit.

IMG_8763-0

En descendant hier à ma boîte aux lettres j’ai eu la joie de trouver un joli courrier m’annonçant qu’APB ouvrait bientôt. (Non, sans blague? on n’était pas au courant!). Moi et l’orientation ça a toujours fait à peu près 84 000. Je te passerai le récit de mon parcours plus que WTF, même les conseillères d’orientation sont là genre « mais comment c’est possible? », j’ai toujours kiffé être une bizarrerie de la nature, que veux-tu! J’m’en tiendrai à te dire que j’ai fait du sanitaire et social et de la coiffure. Soit deux milieux dans lesquels je ne me vois absolument pas évoluer à terme. Et c’est la que ça se complique.
Je suis un peu le genre de nana à s’intéresser à tout et rien du tout. Pas plus tard qu’aujourd’hui, je cumule ma terminale par correspondance, un boulot (voire deux!), un blog, et du bénévolat dans une association. Autant te dire que j’adore faire plein de trucs qui n’ont absolument rien à voir entre eux. Tant et si bien que je m’écouterais je ferai un combo de quelques dizaines de diplômes en un seul. Le fait est que ce n’est pas possible et que le dilemme intervient.
Si on reprend le fil de l’histoire mon rêve de gosse c’était de devenir coiffeuse/maquilleuse sur les défilés, viser le haut de l’échelle a toujours été une obligation, peut importe la filière à laquelle je me prédestine. Comme dit si bien l’une des citations d’Oscar Wilde « Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec on atterrit dans les étoiles« . J’ai travaillé un an dans le milieu de la coiffure et autant te dire que cette expérience m’aura considérablement dégoûtée de remettre ne serait-ce qu’un pied dans ce domaine. Trop de chacun pour soi, trop de futilité, j’ai clairement compris tout les stéréotypes qu’on collait aux coiffeuses même si je ne les cautionne pas.

IMG_8765
– l’écriture dégueulasse de la main qui tremble, on adore-

Mon second rêve c’était de devenir archéologue, j’suis passionnée par l’histoire depuis de longues années mais les maths et moi on n’est vraiment pas potes, autant te dire que j’ai vite abandonné l’idée. J’me suis donc résolue à partir en roue de secours sur du sanitaire et social pour finir infirmière urgentiste.  Le milieu du médical est un milieu passionnant mais clairement pas quelque chose qui me correspond, ni en terme de carrière, ni par rapport à ma santé qui n’est déjà pas des plus simples. Entre temps on a voulu me faire devenir prof d’histoire ou encore journaliste (visez la face de L qui se réveille!). J’ai voulu moi même finir en cinéma, en histoire, en journalisme, en langues, en communication ou encore en arts du spectacle.

Il y a quelques temps j’ai trouvé l’école absolument parfaite qui me permettrait de toucher à la quasi totalité de ces milieux en une seule formation. Le fait est que, bien que la chance ait pas mal tourné ces derniers mois, je ne pense pas qu’elle soit encore assez présente pour me faire tomber sur les bons numéros du loto.

Autant te dire qu’à M-6 du jour fatidique, j’suis dans mon désespoir le plus total et trouver quoi foutre de ma vie l’année prochaine s’apparente clairement à du casse-tête chinois. Mais on va y arriver, chaque problème trouve sa solution.

Allez dis-moi que je n’suis pas la seule qu’on s’arrache les cheveux ensembles!

7 thoughts on “L’orientation, ce grand mot barbare.

  1. Je vais bientôt rédiger un article sur le post bac je pense, en effet écrire permet de mettre du clair dans les idées et en ce moment c’est un peu le fouillis (comme pour les 3/4 des terminales je suppose!) ^^
    Je suis sûre que tu trouveras ta voie, tu n’as pas l’air totalement à sec niveau idées et créativité 😉
    Bisous!

  2. Si seulement on pouvait faire tous les métiers dont on rêve.. J’ai d’ailleurs écrit mon article de cette semaine là dessus haha!
    Je suis sûr que tu trouveras ton chemin 🙂

  3. Tu n’es clairement pas la seule ! J’ai commencé des études en psychologie et je trouve ça super intéressant. Mais je ne suis pas sûre de vouloir rester dans ce domaine. A vrai dire, je ne sais pas du tout ce que j’ai envie de faire ou d’être. C’est vraiment un choix difficile.
    Courage à toi. Tu finiras bien par trouver quelques choses qui te correspond. 🙂

  4. Oh non rassure-toi tu n’es de loin pas la seule! Moi je vais bientôt avoir 26 ans et je suis hyper perdue alors que j’avais l’impression de savoir ce que je faisais jusqu’à mtn! Pour m’aider à savoir où j’en suis je regarde bcp de vidéos sur youtube qui parle de ça. Par exemple Lavendaire https://www.youtube.com/watch?v=errCkBtr3x4&t=230s ou des conférences TEDx comme celle-ci https://www.youtube.com/watch?v=6lBFWkQ5x10&t=623s ! J’espère que ça peut t’aider aussi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *